UNE MORT CHOISIE

Vous pouvez visionner ce film-citoyen et ses bonus moyennant une contribution de 3€ qui sera répartie équitablement entre :
– Damien et Nicolas DELMER (1€)
– L’ADMD, l’association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (1€)
– NEXT FILMS (1€) pour les frais de distribution

Avec nos remerciements solidaires.

A Chosen Death Poster

Synopsis

Ce film frôle le quotidien de Damien et Nicolas Delmer dans l’intimité de leurs combats contre une maladie génétique qui les affecte depuis leur naissance. Au fil des thérapies lourdes, des longues journées passées à se battre pour mieux survivre, nous nous interrogeons sur la capacité de notre société à ouvrir la voie à la possibilité légale, si souhaitée par le malade, de mettre fin au supplice permanent sans espoir de guérison. Au-delà des mots, les témoignages vécus, les opinions médicales, sociétales et politiques nous interpellent: la dépénalisation de la “mort douce” ne reposerait-elle pas, en définitive, sur une légitimation pleine et entière de nos libertés fondamentales?

Note du réalisateur

C’est à la suggestion de Philippe Lenglet, le producteur du film, et sans avis tranché sur le sujet de la fin de vie que j’ai fait le voyage vers le sud de la France pour rencontrer Damien et Nicolas Delmer peu après la sortie de leur livre: Frères jusqu’au dernier souffle – (XO Document). L’amitié fut immédiate! Immédiate aussi cette révélation que leurs yeux ordonnaient l’écoute. Quand on passe sa vie à se battre contre une maladie génétique très grave, parler de la mort prend une autre dimension… Alors, je les ai écoutés… et le film écoute les témoignages, les avis divergeants, les positions militantes aussi. Sur ce chemin mon point de vue s’est précisé: pouvoir prendre le contrôle sur une maladie qui va nous tuer et pouvoir dire stop est pour moi un droit humain fondamental et indéniable. Cette sédation profonde et continue de la loi Claeys-Leonetti n’est qu’un leurre sociétal d’une hypocrisie absurde et c’est surtout, il me semble, une absence totale d’écoute de la part du législateur…